LE DEMON ET LES MOUSTIQUES

 

Le peuple des Aïnus raconte la légende suivante:

 

Dans les temps anciens, un terrible démon hantait les montagnes de l'île de Sakhaline. Ce géant n'avait qu'un seul oeil, mais celui-ci était grand comme une casserole et se trouvait au milieu du front. Le corps du géant était recouvert d'une fourrure hirsute. Ce démon répandait la peur et la terreur. Personne ne voulait avoir à faire à lui. Lorsque le démon attrapait l'un des habitants, il le dépeçait et l'avalait. Plus d'un malheureux avait ainsi fini sa vie. Les chasseurs faisaient donc un grand détour, autour de la montagne où vivait le géant.

 

Un soir, alors que les chasseurs étaient rassemblés autour du feu, un d'entre eux, courageux, dit: " Il faudrait le larder de flèches. " - " Cela ne servirait à rien - répondit un autre. je l'ai rencontré et j'ai essayé. Les pointes des flèches rebondissent sur sa peau; il est invulnérable. je dois ma vie à un hasard. "

 

Silencieux et anxieux, les hommes se taisaient.

 

Un jour, un chasseur Aïnu poursuivait un cerf. L'animal était si agile et l'application du poursuivant si grande que l'homme ne se rendit même pas compte qu'il avait pénétré profondément dans la forêt recouvrant la montagne. Sans le savoir, il se trouvait à proximité de la caverne du géant. Lorsque le chasseur s'arrêta dans sa course, pour écouter les pas du cerf, il entendit un craquement de branches. Le chasseur s'accroupit et, silencieusement, prit une flèche. Le bruit s'approcha. Soudain, deux énormes mains velues sortirent du sous-bois et le démon apparut se dirigeant tout droit vers le chasseur.

 

Celui-ci fut paralysé de terreur; son coeur battait à tout rompre; il se sentait perdu. Le géant grondait et grognait, son oeil unique luisait, menaçant. Soudain, le chasseur eut une idée. Il visa avec précision, retint sa respiration et fit partir la flèche. Celle-ci atteignit l'oeil du géant; il poussa un cri horrible, qui résonna comme le bruit d'une montagne qui s'écroule, puis il tomba à terre.

Le chasseur écouta; rien ne bougea. Alors, prudemment, il s'approcha. Le démon était mort. L'homme Ainu se rendit compte que la seule partie vulnérable du géant était son oeil. Rageusement, le chasseur asséna un coup de pied au ventre du démon. " Horrible bête - cria-t-il - assassin, sangsue, tueur des Ainus ". Fou de joie, il dansait et riait. Il tirait le géant par les cheveux, lui crachait au visage et lui lançait des mottes de terre. Il avait enfin vaincu l'invincible!

 

Puis il s'arrêta et réfléchit, car après tout c'était un démon, et qui savait quels étaient les pouvoirs d'un démon même mort. Il fallait anéantir le géant. " je vais le brûler " décida-t-il après réflexion. Il amassa des brindilles et des branchages secs, et les disposa autour du géant. Puis il fit du feu et aviva la flamme. Bientôt, les flammes montèrent au ciel. Le chasseur remit des branches et entretint le feu, jusqu'à ce qu'il ne reste plus du démon que des cendres que l'Aïnu dispersa au vent. Mais quelle fut sa stupeur quand il vit les cendres qui retombaient, se transformer peu à peu en étranges moustiques, des moustiques tels que le chasseur n'en avait encore jamais vus. Ils dansaient et voltigeaient et bientôt tout un nuage de moustiques emplit les airs. L'un d'eux se posa sur la joue du chasseur et le piqua. Le chasseur le tua.

 

C'est ainsi que naquirent les moustiques qui, depuis, tourmentent méchamment les habitants des régions du Nord.